Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 17:30

 

 

 

 

 

 

 

BONJOUR A VOUS TOUS !

JE QUITTE DEFINITIVEMENT OB. 

SI VOUS  AVEZ  AIME MES ARTICLES,

VOUS ME RETROUVEREZ A L’ADRESSE CI-DESSOUS :

http://liviaaugustae.eklablog.fr

Par liviaaugustae.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 16 septembre 2014 2 16 /09 /Sep /2014 23:53

 

 

 

 

 

 

 

 

« … le soir… il m’était arrivé… grâce à un effet de soleil de prendre une partie plus sombre de la mer pour une côte éloignée, ou de regarder avec joie une zone bleue et fluide sans savoir si elle appartenait à la mer ou au ciel ».

Marcel Proust.

 

Cela m’arrive parfois, d’imaginer des pays dans le contour des nuages, surtout  au bord de la mer, où les coucher de soleil sont  grandioses !

Liviaaugustae

Par liviaaugustae.over-blog.com - Publié dans : Apogthème
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 16 septembre 2014 2 16 /09 /Sep /2014 00:45

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout le monde connaît… le chalumeau, dont le plombier se sert pour souder.

Oui mais, je vais vous parler d’un autre chalumeau découvert hier soir,  j’ai donc été à la recherche de ce « chalumeau ».

Pour écouter ce chalumeau,  lien ci-dessous :

http://www.youtube.com/watch?v=AyJ3-QvZvI0

 

Ce nom a été indistinctement appliqué à divers types d’instruments à anche, et confondu avec « chalemie ».


En fait, le chalumeau désigne précisément un instrument en général très court, à anche simple et perse cylindrique, en usage en Allemagne et en Italie dans la première moitié du XVIIIe siècle ? On conserve des instruments du même type, mais plus longs, montrant que le chalumeau peut-être considéré comme un ancêtre de la clarinette


Le terme chalumeau peut aussi désigner le registre grave de la clarinette, et, dans la cornemuse le tube conique percé de trous qui fournit la mélodie.


Dans le langage courant, on parle aussi de chalumeau pour désigner un pipeau pastoral fait d’un tuyau de paille ou de roseau.

 

Et le dictionnaire Robert nous explique comment du latin « calamus/roseau » est arrivé ce chalumeau.

Tuyau, (d’abord  de roseau, de paille) flûte champêtre, roseau percé de trous,  chalumeau des bergers, flutiau, pipeau.

Tuyau de la musette, du biniou, de la cornemuse.
Registre grave de la clarinette. […

Dictionnaire de la musique (Larousse)

 

Et voilà, vous savez tout sur ce chalumeau que j’ai entendu hier soir sur Radio Classique.

Et ce chalumeau est sûrement l’ancêtre de ce fameux « vou vou zélé » qui fit tant bruit chez nous lors d’un match de foot il y a quelques années…

Liviaaugustae

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par liviaaugustae.over-blog.com - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Lundi 15 septembre 2014 1 15 /09 /Sep /2014 00:11

 

 

 

 

 

 

Vive la vie !

 Je suis las et recru comme un vieux patriarche.
J'entends venir à moi la douce nuit qui marche,
Docile au vœu baudelairien,
Et, poursuivant des  yeux mon passé qui recule
Dans les  molles vapeurs d'un brumeux crépuscule,
Mes regards  n'y distinguent rien.


Mes pas n'ont pas laissé de traces dans le sable
Et, sur l'écran des jours, mon œuvre  périssable
Hélas !  n'aura pas survécu.
Je n'ai su ni voulu bâtir une opulence;
Je n'ai pas offensé de faux-poids ma balance;
J'ai toujours manqué d'un écu.


Et pourtant, et pourtant si c'était à refaire,
Malgré  l’expérience et les regrets,  j'infère
Qu’empruntant le même chemin
Je meurtrirais ma chair aux mêmes chocs sans doute
Et serais à nouveau, sur la pierreuse route,
Le pauvre gueux qui tend la main.

 Mais  tandis qu'en leur soir les êtres que  nous sommes
Ne retrouvent jamais leur premier paradis,
II n’est point d'amertume aux choses que je dis,
Car rien ne peut troubler mes veilles ni mes sommes.

Je souris à la vie et souris au destin
Et la joie habite au fond de mes moelles.
J'ai donné mon cœur à l'or des étoiles,
A l'or du soleil qui dissout les voiles
De la timide aurore et du pâle matin.
Que m'importe donc ou gloire ou fortune ?
 De telles faveurs je ne brigue aucune,
Mais j'aime voir luire un rayon de lune
Sur le brin d'herbe proche ou sur l'arbre lointain.

Chaque phase du jour vient parer la nature
De la blancheur de l'aube aux flammes du couchant,
Et l'oiseau matinal qui module son chant
Dit à l'azur merci pour la belle aventure.

La brise dans les blés met un mouvant frisson ;
Au vent qui leur dit de tendres paroles
Les coquelicots ouvrent leurs corolles.
Les cirrus neigeux sont des banderoles
Qui fêtent le retour de la bonne saison.
Le rouge corset de la coccinelle
Orne le rideau vert de la tonnelle ;
De son tapis bleu la mer éternelle
Rejoint partout le ciel au bout de l'horizon.

Le papillon géant de mon île natale,
Étendu sur le flot et dans mon souvenir,
Enchante chaque jour mon âme occidentale
Attendant sans souci la mort lente à venir.

Et puis comment pourrais-je être triste ou morose
Alors que chaque lis, alors que chaque rose
Offrent leurs grâces au soleil,
Et que je suis l'heureux amant de ma Chimère,
Et que chaque bambin qui sourit à sa mère
Reçoit un sourire pareil ?

Si moi-même ai perdu l'ardeur de la jeunesse,
II suffit maintenant que mon cœur reconnaisse
Qu'elle éclate ailleurs aujourd'hui:
Toujours des amoureux vont à deux par les rues,
Et de jeunes beautés, chaque soir accourues,
Narguent le temps qui s'est enfui.

Qu'importe donc, qu'importe une ombre qui s'efface ? 
Le monde a pour jamais son émouvante face
Que rien ne saurait déformer,
Et les nouveaux garçons qui hantent les charmilles,
Buvant l'azur du ciel dans les yeux bleus des filles,
Sont ivres du bonheur d'aimer !

GILBERT DE CHAMBERTRAND.

 

Un petit mot sur l’artiste…

 

 

 


Gilbert de Chambertrand naquit à Pointe-à-Pitre en 1890.   

Très tôt, dès 1905, ses poèmes parurent dans la presse locale comme par exemple : le Nouvelliste d'Adolphe Lara.
Photographe, conférencier, écrivain et dessinateur il ne manque pas d'humour.

 

Il est l’héritier d’une très ancienne famille guadeloupéenne d’origine vendéenne.

Il fut homme de théâtre, photographe, poète, dessinateur et journaliste.

Son recueil de poèmes D’azur et de sable fut couronné par l’Académie française. Conteur, et rêveur, il nous livre ici, une Guadeloupe disparue…

Ce poème éveille des souvenirs, pareille à une vielle carte retrouvée dans un  « galetas » (grenier), et émeut ceux qui on connue la Guadeloupe à cette époque…

Il mourut en 1984, en Métropole.

 

Malheureusement,  méconnu et totalement oublié, ses œuvres ne sont plus éditées, il n’y en a même plus d’occasion... Quel dommage !

Liviaaugustae

 

 

 

 

 

 

 


 

Par liviaaugustae.over-blog.com - Publié dans : Poème - Communauté : le rêve, l'art et l'écriture..
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 19 août 2014 2 19 /08 /Août /2014 17:11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour à vous tous.

Je vous remercie de tous vos messages, durant ces huit jours durant lesquels je me suis absentée contrainte et forcée, par de gros problèmes d’ordinateur, qui s’est finalement « planté » !

Le disque dur était devenu un repaire de brigands : (14) chevaux de Troie, fishing, malware et virus, avaient pris place, sans ma permission bien entendu !

Ouf ! ils ont été tous viré, mais il faudra encore une bonne heure de travail, pour que mon ordi soit complètement remis.

Nous allons lui et moi, nous reposer jusqu’à la mi-septembre, nous en avons besoin tous les deux.

A bientôt,

Liviaaugustae

 

 

 

 

 

 

 


Par liviaaugustae.over-blog.com - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés